Le Château de Devèze et les Droits Seigneuriaux

Lorsqu’en juillet 1794, à La Barthe-de-Neste se termine la vente aux enchères des biens d’émigré du citoyen Louis Jean Marie de Génibrouse, ci-devant comte de Castelpers, les 61 lots mis en vente « à la bougie » ont produit plus de 300 000 livres de l’époque, pour une estimation de moitié de cette somme. Parmi les lots vendus, et en dehors « du principal Manoir ci-devant château », acquis par Gabriel Bourjac de Pointis rivière basse, on relève :

  • La métairie de Gloupehum, comprenant au total 176 journaux, soit 45 hectares, acquise par le sieur Duchene, de Castelnau-Magnoac.
  • La métairie d’Arménie, comprenant 116 journaux, soit 30 ha, achetée par le sieur Lagrange, d’Arreau.
  • La métairie de Labarthe, constituée de 97 journaux1/2, soit 25 ha, emportée par le sieur Duchene, de Castelnau-Magnoac.
  • La métairie de Couelle, située dans la commune d’Ariès, représentant 108 journaux, soit 28 ha, acquise par le citoyen Benabeu, de Devèze.
  • La métairie de Sarraquine, située dans la commune de Villemur, comprenant 94 journaux, soit 24 ha, revenant au sieur Simon Guiraud du Pouy.
  • Deux moulins sur le Gers, situés à Ariès, l’un dit « de Barrau », et l’autre dit « Daubas » ou de Devèze, acquis tous deux par le citoyen Mathieu Cabail, de Castelnau-Magnoac.
  • Une forge et ses instruments, située près du presbytère.
  • Dix hectares de vignes situées près des métairies d’Arménie et de Labarthe.
  • Terres labourables et incultes, prés, jardins, bois, etc…

L’ensemble des biens vendus représentait entre 250 et 300 hectares!

Une seconde vente aux enchères des biens de Castelpers émigré se déroula à La Barthe¬de- Neste en septembre 1794, et comportait notamment la métairie Dubosc.

Mais revenons au Château de Devèze…

Nous ne disposons d’aucun plan détaillé ou représentation du dit Château, mais en comparant le plan cadastral établi sous le premier Empire (en 1812), et le plan actuel, on peut en déduire qu’il était situé sous l’emprise de la maison appartenant à M. Dattas, à environ 150 mètres à l’ouest de L’église. Constitué d’un grand corps de bâtiment bâti de muraille de galets et de briques, avec cour intérieure ouvrant à l’est et au sud, entièrement clos par un fossé rempli d’eau et servant de vivier à poissons ; l’accès s’effectuait côté sud, par un pont levis ; à quelques mètres à l’ouest, se trouvait une grange en forme de L, ouvrant au sud-est, aujourd’hui disparue. Enfin, au nord, près du chemin, existait un autre vivier à poissons…

En novembre 1740, P.J.F. de Génibrouse écrivant du château de Caumont, donne ses instructions pour hâter la réalisation d’une glacière enterrée, comme il en existe à Garaison et qui doit être fermée avec des planches et de la paille destinée à recueillir neige et glace durant les grands froids … Dans la même lettre, il demande de «faire venir un vitrier pour faire mettre aux fenêtres du degré, un panneau de verre à chaque palier pour que l’on puisse voir sans être obligé de laisser les fenêtres ouvertes » ; voila qui montre que les fenêtres, de petite taille, étaient alors équipées de volets pleins et, qu’en hiver, il fallait choisir entre avoir froid et voir clair et qu’à défaut de chandelles on vivait dans l’obscurité !

Grâce à un inventaire établi en 1773, par Arme Alexandrine de Mun, après le décès de son mari, Pierre Jean François de Génibrouse, nous savons qu’il s’agissait d’un bâtiment composite avec notamment, une écurie assez vaste dans laquelle il y avait chevaux, vaches et veaux, mulets, cochons, chars, tombereaux, cabriolet avec harnais et selles, une grande salle basse appelée < tinal », servant à stocker tonneaux, carrioles, comportes, planches, etc… ainsi qu’une cave semi enterrée avec pressoir et barriques.

Le bâtiment d’habitation comportait un rez-de-chaussée et un étage avec une galerie desservant plusieurs chambres, comportant chacune, une pièce garde-robe avec un lit pour domestique. Les greniers servaient à entreposer les céréales et semences. Ainsi en 1773, on y dénombrait : 60 sacs de blé, 30 sacs de caron, 20 sacs d’avoine, du petit millet, 2 quintaux de laine !

Les pièces d’habitation étaient meublées sommairement, avec des lits de cotonnade, fauteuils d’indienne et chaises de paille, table, commode ou armoire, lits de plumes et couvertures de laine…

Enfin, il y avait une vaste cuisine avec des armoires, une grande table, un grand fourneau, de grands chaudrons, un grand pot de fer pour la soupe des domestiques, deux broches, plusieurs poêlons de cuivre ou de laiton, deux grilles, une tourtière avec son couvercle, marmites, casseroles, trois douzaines d’assiettes de terre, six douzaines et douze plats en faïence, douze plats de terre, saladiers pots et terrines en terre ou en faïence, douze couverts d’argent, cinq cuillères à ragoût en argent, et plusieurs paires de flambeaux en argent ou en laiton, des cruches, un garde-manger attenant etc etc. A l’époque le Château disposait d’un personnel nombreux : bordiers, brassiers, charrons, bûcherons, meuniers, bergers, valets, cocher …

Ainsi, par exemple, reporté à partir de dépositions faites, en 1806, devant le Tribunal de Bagnères :

  • Bertrand Dariès, habitant Chélan, qui fut cuisinier au Château pendant 28 ans de 1758 à 1786
  • Françoise Lager, veuve de Bertrand Navarre, âgée de 60 ans et habitante de Devèze, qui dépose être restée en qualité de servante de 1775 à 1785
  • François Ferrere dit « Boulan », âgé de 50 ans, laboureur, habitant de Mauléon, déclare que, de 1777 à 1781, il était domestique chez la dame de Castelpers
  • Bernard Sabathier, âgé d’environ 69 ans, cultivateur, habitant de Devèze, qui transportait du bois pour le Château dans les années 1770
  • Catherine Navarre, femme Dariès, habitante de Devèze, âgée de 69 ans, qui dépose avoir été servante chez les Castelpers durant environ 30 ans
  • Bernard Gout, âgé de 42 ans, tisserand, habitant à Devèze, qui déclare avoir été employé au château comme ouvrier vers 1785 et qui précise que son père y avait été longtemps employé…
  • Guillaume Aspect, âgé de 50 ans, meunier habitant Ariès, qui déclare que vers 1770, il était gardien de brebis au château de Castelpers
  • Bertrand Navarre dit « Coulet », âgé de 44 ans, laboureur, habitant Devèze, qui indique avoir été domestique dans cette maison, vers 1780…

Cette énumération n’est certainement pas complète…

Mairie de Devèze

Secrétaire de mairie

Véronique SOLLE

Adresse

Mairie de Devèze
2 rue du village
65230 Devèze
FRANCE

Tel: +33.562398255

E-mail: mairie@deveze.fr

Horaires

Mardi: 14h-18h

Météo

avril 1, 2020 - mer.
Deveze, FR
11°C
partiellement nuageux
partiellement nuageux
4 m/s, SSE
62%
760.56 mmHg

Évènements à venir

Il n’y a aucun évènement à venir.

Les nouveautés à Devèze